Demande de rachat de credit à Lyon

La crise a eu des répercussions sur le portefeuille des ménages français. Aucune branche de la société n’est épargnée. Les régions de France ont aussi ressenti ces effets. Lyon, capitale de la région Rhône-Alpes a aussi sa part de problème. La demande de rachat de credit à Lyon est vue comme une alternative que les institutions financières de la région proposent pour porter secours à leurs clientèles.

Les chiffres régionaux du surendettement

Pour la France entière, les dossiers qui concernent le surendettement des ménages étaient au nombre de 1 172 000 rien que pour la période allant de 2005 à 2010. La région Rhône-Alpes représente 8,1 % pour 95 300 dossiers. Comme la résolution de certains dossiers peut aussi se faire sans passer par des commissions lourdes, c’est-à-dire à l’amiable, sur les six dernières années, le nombre de tels dossiers au niveau national est de 47 % contre 41 % pour la région. De plus, environ 20 % des dossiers trouvent des solutions en adoptant le redressement personnel, et s’il y a résorption de la dette personnelle, il y a le risque de perdre des biens.

Si on croise ces chiffres avec la valeur de la région, Rhône-Alpes représente dans les 10 % de la population, ils sont inférieurs à la valeur de la région.

Pour l’année 2010, ces données vont se transformer aussi bien au niveau national que régional. Pour un nombre de dossiers de 218 000 pour la France, Rhône-Alpes représente 19 000 d’entre eux. Il y a donc une augmentation de 2,4 %, soit plus que les 0,7 % de la France. Mais si l’étude se porte sur les départements de la région, il y a des différences, soit une baisse pour l’Ain, la Drôme, la Haute-Savoie et l’Ardèche, et une forte hausse donc pour l’Isère, le Rhône et la Loire.

Pour la même année, il y a une diminution des dossiers qui ont trouvé une solution à l’amiable, soit -5,2 % dans la région avec les 7026 dossiers admis, ce qui est meilleur que le niveau national avec -9,5%. Ces chiffres doivent être interpréter comme une perte de confiance de la part des créanciers et aussi une préparation à l’application de la nouvelle loi Lagarde qui diminue 10 à 8 ans la durée de validité des plans adoptés.

Les dossiers qui ont bénéficié de la solution à l’amiable ont donc diminué, mais cela a conduit à une hausse des dossiers qui sont poussés vers la solution résorption partielle de dette. Les chiffres font état de 4200 dossiers, soit une hausse de 11 % pour cette solution, contre 5 % pour la moyenne nationale.

Le rachat de crédit pour sortir d’une situation de surendettement

Le crédit immobilier et le crédit à la consommation sont ceux qui poussent le plus les ménages vers la situation de surendettement. Cette situation est atteinte lorsque les ménages n’arrivent plus à payer leurs mensualités de remboursement. Mais les causes sont à trouver du côté de l’inflation et des diverses hausses qui sont enregistrées dans chaque branche de l’économie. La France aura donc à gérer ce problème de surendettement de ménages pour encore quelques années.

Le rachat de crédit permet de sortir du surendettement lorsque les mensualités grignotent peu à peu le revenu du mois. Les établissements qui proposent cette solution sont donc des bouffées d’oxygène pour les ménages. Les aménagements de paiement obtenus permettent alors de payer moins de 40 % du revenu mensuel, même si c’est sur une plus longue période.
Seulement pour bien choisir son établissement bancaire et obtenir un rachat de credit négocié au plus près de vos volontés : faites confiance au spécialiste !